0

Retour sur l’épisode 8

Voilà le dernier épisode de la série, celui où on apprend enfin pourquoi on appelait ce petit groupe les « Hellcops ». Ils viennent enfin de remettre l’Homme des Bois sur le trône, celui qui leur avait promis de les renvoyer sur Terre. Cette personne qui arriva au bon moment avait l’air gentille pour les Hellcops, attentionnée, à l’écoute et malgré les indices à droite à gauche, le groupe de geeks a fait le choix (inconscient) de ne rien voir. Ce que je voulais montrer ici était le fait qu’on peut tous aisément se faire avoir et choisir le mauvais choix sans même s’en rendre compte. Des peuples entiers ont fait confiance dans des leaders qui ne faisaient que les manipuler. Peut-être même vous en spectateur vous êtes-vous fait prendre au jeu ? Pourtant les indices étaient là, l’enfer était calme (mis à part un petit groupe de démon), l’Homme des Bois avait lui des prisonniers en assez mal état qu’on pouvait voir et même entendre crier lors du discours de l’Homme des Bois. Ce dernier est même visiblement dérangé et sort des phrases qui passent inaperçues « ah m’en parlez pas, depuis que Lucifer a pris le pouvoir, l’enfer est devenu une vaste blague » qui veulent pourtant tout dire.

img_3584

Le tournage du discours de l’Homme des Bois sur le trône s’est déroulé la même journée que les combats dans l’usine (oui c’était vraiment une grosse journée). Les Hellcops ne jouent donc pas leur fatigue, ils sont vraiment fatigués et vraiment sales… Le lendemain matin nous avons eu une désagréable surprise : les gros plans de l’Homme des Bois étaient inutilisables, le fichier étant corrompu. Heureusement nous tournions l’autre séquence avec Pascal (l’acteur de l’Homme des Bois) et donc il était à nouveau maquillé mais le décor du trône avait été désassemblé et il ne nous restait plus grand-chose… Florent (le chef déco) a donc bricolé le haut du trône et Pascal s’est simplement assis sur des briques (voir photo). Et voilà, la magie du cinéma opère et personne ne remarque que les gros plans ont été tournés ainsi !

img_3696 img_8726

La dernière séquence faisait appel à Dieu. Dès lors le choix du même acteur interprétant Dieu et l’Homme des Bois s’est imposé. Cela permettrait de confirmer les dires de l’Homme des Bois sur sa vraie nature et encore une fois tordre les religions existantes pour créer un monde vraiment personnel. A la base j’avais pensé le tourner dans un endroit très blanc, très lumineux mais la veille du tournage de la scène j’ai pensé qu’il serait plus judicieux de renvoyer le groupe de geek dans un monde parallèle presque identique à l’enfer mais avec une image différente, plus froide, avec des hautes lumières pour créer un lieu un peu plus mystique et flou, une sorte d’entre deux. Le dézoom en trois images de leur arrivée dans ces limbes est le même que celui de leur arrivée en enfer mais plus rapide, permettant ainsi en quelques secondes de les situer sans avoir à expliquer ce qui se passe.

Le Dieu qui les accueille est lui aussi différent de ce que l’on peut s’attendre. Il n’est pas du tout clément, ne pardonne pas et est juste quelqu’un de très fatigué et lassé par ce travail ininterrompue. Il a envie de faire le bien mais peu lui importe les moyens à employer pour arriver à ce bien. Il renvoie sans pitié les Hellcops vers une quête dangereuse et périlleuse et ne se soucie pas de leur bien. Le bien général prime par rapport au bien personnel. Ce fut notre dernier jour de tournage, tout le monde étant à la fois fatigué, heureux et triste que ces 10 jours de tournage s’arrêtent !

screenshot_seqdieu

C’est donc fini avec les épisodes d’Hellcops, bientôt vous pourrez regarder le film dans son intégralité, vous aurez aussi droit à un bêtisier !

0

Retour sur l’épisode 7

La baston finale, comme nous avions pris l’habitude de l’appeler réunissait le plus grand nombre de figurants. Alors que nous tournions généralement avec une équipe d’environ vingt personnes en comptant les acteurs, nous sommes montés à plus de 45 personnes pour cette journée intense et très fatigante. Le soir nous avons amené au monteur un total de 246 prises, soit 246 plans à resynchroniser avec le clap…

img_0809 img_0832

Pour les décors, nous avons eu la chance de pouvoir tourner dans une immense usine désaffectée qui regorgeait de multiples décors naturels abandonnés et malheureusement nous n’avons pas eu le temps d’exploiter tous les recoins de cette usine qui ferait de très bons studios pour des films post-apocalyptiques ! Une scène d’infiltration en plus était prévue entre le moment où ils rentrent dans l’usine et le moment où ils n’ont plus de munitions mais nous n’avons pas eu le temps de la tourner… Cela nous laisse ainsi d’autres lieux inédits pour une éventuelle suite !

sans-titre sans-titre3

Pour les zombies nous avons une fois de plus fait appel aux BlackCatz et les escrimeurs sont les mêmes que lors du combat en extérieur avec en plus quelques personnes d’Armadag. Encore une fois les acteurs et figurants ont du faire, refaire, rerefaire les combats, ce fut donc très fatigant pour toute l’équipe mais nous étions déjà un peu plus rodé et nous avons donc eu plus de marge de manœuvre au montage, nous permettant de monter sur la musique « Ok Alright » des Dirty Fonzy.

img_0830 img_0843

Vous aurez remarqué le clin d’œil au visiteur du futur, qui est de mon point de vue une des websérie qui a posé les bases du genre. Dans le prochain épisode, vous en apprendrez plus sur l’Homme des Bois et vous saurez enfin pourquoi on appelle ce petit groupe « Les Hellcops »…

img_0885
0

Retour sur l’épisode 6

img_0804 Après la scène de course poursuite avec les chevaux arrive un petit moment de réconfort. Cap’ qui s’est déjà imposé comme le leader du groupe essaie d’organiser l’établissement du camp. Mais ce qu’il veut surtout c’est se retrouver seul avec Illiana. Initialement était prévu dans le scénario une scène de drague avant le passage de la comédie musicale. Mais le planning était trop serré, le soleil descendait et les problèmes techniques s’enchainaient, nous contraignant à abandonner le tournage de cette scène. Au final cela rend le jeu de drague de Cap’ un peu plus dissimulé et moins complet mais j’espère que le message est bien passé grâce à la musique des Booze !

img_0807 img_0818
img_0761 Concernant le passage comédie musicale, nous étions en voiture avec Thibault et sur une de ses cassettes passe « I Want Sex » des Booze. J’ai de suite eu envie de l’intégrer dans Hellcops, d’y faire une sorte de clip/comédie musicale sortie de nulle part mais qui correspondrait à un moyen détourné de montrer une scène de drague. Est-ce que tout se passe dans la tête de Cap’ ou bien celle d’Illiana, à vous de choisir… A peine j’avais entendu la musique que j’avais déjà le premier plan en tête, cette ouverture sur Lucifer jouant du violon qui permettrait de créer une coupure avec le reste du récit. Thibault s’est ensuite chargé de la chorégraphie danse des cinq personnages des enfers et nous avons tourné le tout en une matinée. Ce fut sûrement une des scènes les plus agréables car tout le monde était détendu, la musique donnait envie à tout le monde de danser et nous n’avions pas de son en prise direct, nous permettant de faire rentrer Guillaume, le chef op son dans le cadre ! Mon inspiration pour cette scène était les vidéos de Weird Al Yankovic et plus précisément celle de Smells like Nirvana qui dégénère de plus en plus au fur et à mesure que la vidéo avance.

img_0764 img_0784

1

Retour sur l’épisode 5

img_0644 img_0650

Cet épisode présente un nouveau personnage qui aura son importance dans le reste de l’histoire. Interprété par Pascal, l’Homme des Bois a envoyé un messager (interprété par Olivier) récupérer le groupe. En arrivant ils passent devant des cages qui contiennent des prisonniers troublants et surtout sans yeux. Les trois figurants sont Corinne qui nous a hébergés, Louise, scripte et assistante réal et Mathieu qui est venu nous donner un coup de main. Les prisonniers avaient réellement les yeux bandés, ce ne fut donc pas facile de les mettre dans la cage à poule et de faire en sorte qu’ils soient au bon endroit pour qu’on les voit dans l’image ! Malgré ceci, le petit groupe de Geek n’est pas choqué car ils avaient tous dans leur tête une idée de l’enfer un peu plus trash et pour l’instant ce fut tout de même tranquille.

img_3590 img_3611
L’Homme des bois est quant à lui très accueillant, très ouvert et s’intéresse à l’histoire et à l’adaptation de ce petit groupe en enfer. Malheureusement je ne peux pas vous en dire plus pour l’instant, ce dernier se révélant un peu plus dans la suite, img_3637 je ne voudrai pas vous spoiler sur qui est réellement l’Homme des bois. Concernant le lieu de tournage, nous avons filmé cette séquence dans une grange de Fonfon et Dédé qui nous ont accueillis pendant tout ce tournage, juste à côté de notre salle de ping pong et de repas ! Ici je voulais un endroit assez exiguë et roots afin de donner l’idée que l’Homme des bois n’a pas vraiment de chez lui et est un paria qui doit souvent changer d’endroit. Le fait que le toit soit très bas et en pente fut un vrai casse-tête pour les sondiers qui ne savaient pas vraiment où se placer, d’autant plus que la pièce était pleine de projecteurs. Un autre problème auquel nous avons été confrontés fut le raccord bougie. En effet, afin de ne pas perturber le jeu d’acteur, nous avons tourné la séquence en intégralité plusieurs fois avec des angles différents, nous obligeant à faire attention aux bougies qui se consommaient…

img_3644 img_3669

sans-titre2 img_0604
La séquence à cheval a été tournée sur le plateau du somail. Les comédiens, à l’exception de Colas, avaient déjà une bonne pratique du cheval, nous évitant ainsi d’utiliser trop de doublures (seul Colas a été doublé pendant la course poursuite par screenshot1erclap-2 Estelle (oui oui, une fille ! )). Les deux poursuivantes sont Sabine et Lucille qui s’est aussi occupée de faire les tests le matin afin que je m’entraine à cadrer et à anticiper les mouvements sur le toit du camion. J’ai utilisé un Glidecam qui a permis de stabiliser le mouvement sur un chemin de terre pas toujours très plat et surtout plein de cailloux, le tout avec le souffle du vent dû à la vitesse qui rend encore plus difficile le cadrage ! Lucille a aussi assuré la cascade à cheval et nous avons terminé notre première journée de tournage assez tard et très fatigués mais nous avons été très contents de voir le résultat monté deux jours plus tard par Thibault (le monteur) qui dérushait et préparait le montage pendant que nous tournions les séquences suivantes !

img_0648 img_0656

0

Retour sur l’épisode 4

img_0408 L’épisode démarre par une situation relativement peu banale. Face à des ennemis les Hellcops se chamaillent et ignorent totalement le danger. Cette scène est très importante de mon point de vue car elle permet de bien définir le groupe d’amis qui du jour au lendemain se retrouvent dans une aventure hors du commun. Ces personnages qui ne se connaissaient pas réellement sont obligées d’agir ensembles mais des tensions existent et éclatent à ce moment-là. De plus ce passage permet de souligner le fait que cette bande de geeks n’ont pas conscience d’être en face d’un vrai danger et d’être dans un monde pas très joyeux. C’est sûrement cette inconscience qui va les pousser à faire tout ce qu’ils vont faire… De cette scène découle toute une psychologie sur le groupe et sur les personnages qui jusqu’à présent ne faisaient que subir mais qui désormais se retrouvent à prendre des décisions.

img_0425 img_0453

Lorsque nous avons écrit Hellcops avec Thibault, nous voulions absolument mettre des scènes de combats à l’épée, pour le challenge de les filmer et pour s’amuser car nous pratiquons l’escrime depuis quelques années. Colas (AFK) avait déjà toutes les bases de l’escrime, il ne manquait plus qu’à entrainer Clovis (Cap’) et Manon (Illiana). Quelques séances d’entrainements ont eu lieu pendant la préparation du film pour que les bases soient bien ancrées afin d’éviter tout blessé pendant les enchainements et nous avons essayé d’organiser la journée de manière à ce qu’il y ait une matinée d’échauffement et entrainement afin d’être le plus préparé possible. Les combattants interprétants les démons viennent pour la plupart de la compagnie d’escrime Armadag ou sont tous simplement des amis du coin qui nous ont bien dépannés suite à quelques désistements. J’en profite pour remercier tous les escrimeurs présents qui ont eu une dure journée sous un soleil de plomb ! Merci aussi à Muriel qui a passé l’après-midi à maquiller tous ces méchants démons.

img_0485 img_0497

Le tournage réel des scènes qui a commencé vers les 16h fut assez éprouvant pour les acteurs qui ont dû répéter leur chorégraphie au moins huit ou dix fois pour avoir un maximum de prises. A chaque combat la caméra montée sur un Glidecam tournait autour d’un seul duel, les autres continuant à se dérouler en fond. Ce ne fut pas évident à filmer, les épées décrivant des gestes d’une amplitude assez importante et nous empêchant parfois de nous rapprocher suffisamment. Pas évident pour Thomas, cadreur sur Glidecam qui a bien souffert.

L’essentiel fut qu’il n’y eu aucun blessé et nous avons pu tous manger les délicieux repas préparés par Gisèle, Hervé et Corinne.

img_0626 img_0627

img_0622 Nous avions initialement prévu de tourner la scène de l’arrivée de Prosper d’affilée mais on ne peut pas ralentir le soleil et nous étions dans le creux d’une petite vallée, nous obligeant à terminer à 19h. Nous avons donc été contraints de tourner l’arrivée de Prosper un autre jour, en fin d’après-midi afin d’avoir une lumière la plus raccord possible. Heureusement la météo était avec nous et un petit coup d’étalonnage et le tour est joué, même si désormais vous le remarquerez peut être… D’ailleurs, avez-vous remarqué que le démon contre lequel se bat Kantor est en fait le même acteur interprétant Prosper ? Si ce n’est pas le cas, regardez bien à nouveau, mais n’essayez pas de trouver un complot derrière tout cela, c’est juste une raison logistique !

0

Retour sur l’épisode 3

Avec un peu de retard, voici le retour sur l’épisode 3. La séquence du marchand a été tournée dans un petit village de l’Herault, Ardouane. Les petites rues étroites en pierre étaient parfaites pour cette séquence, on plaçait ainsi les Hellcops dans un environnement urbain mais sans trop en voir. Qu’est-ce qu’il y a dans ces bâtiments ? Est-ce des maisons, des locaux de Lucifer ? Personne ne le sait. Stephane qui interprète Rubischt a eu quelques difficultés pour la réplique sur le viol du tyrannosaure, ce qui nous donna quelques bonnes répliques que nous essaierons de mettre dans un grand bêtisier…
La séquence du coucher de soleil a été la dernière prise du film, ce qui a permis à l’équipe de s’amuser un peu mais il faudra attendre le vrai générique de fin pour voir ça…
Pas grand-chose à dire sur ce retour d’épisode et pas non plus de photos… Bientôt le retour sur l’épisode 4 qui devrait être un peu plus complet !

0

Retour sur l’épisode 2

Vous avez regardé le deuxième épisode d’Hellcops ? Il est en temps de vous raconter les secrets de fabrications de cet épisode.

La séquence d’arrivée en enfer a été tournée dans l’Herault, au saut de Vésoles. L’idée était que les quatre geeks débarquent au milieu de nulle part alors que quelques secondes avant ils étaient en pleine ville. Le lieu de tournage était idéal, nous offrant un panorama très impressionnant et surtout aucune trace de civilisation (mis à part quelques éoliennes hors cadre), le tout à cinq minutes de marche à peine, de quoi éviter de porter tout le lourd matériel pendant plusieurs heures. En plein mois d’août, le soleil tapait très fort pour ce deuxième jour de tournage et malgré toutes les précautions prises, les acteurs devinrent tout rouge… Bienvenue en enfer !

img_0602

Le tournage de cette scène fut plus longue que prévue, notamment à cause des avions (même s’ils étaient très haut dans le ciel !) et des cigales. Les quelques randonneurs que nous avons croisés ont tous été compréhensifs pour faire le moins de bruit possible et certains ont même été perturbés par le panneau accueil planté en plein milieu de la bruyère et pointant vers le vide…

img_0558

Globalement cette séquence montre beaucoup de paysage et le plan de fin peut paraitre long voir interminable. Ce que je souhaitais ici c’était vraiment que le spectateur admire la nature mais surtout qu’il se sente perdu tout comme les quatre geeks qui découvrent qu’ils sont au milieu de rien et qu’il leur faudra du temps avant d’avoir toutes leurs réponses. Cela rejoint l’idée globale du film qui est que le spectateur découvre l’histoire en même temps que les Hellcops et à aucun moment n’en sait plus qu’eux afin de créer une proximité entre le spectateur et les quatre geeks.

img_0615

La séquence de la secrétaire a elle été tournée dans la salle à manger de l’équipe ! J’en profite pour remercier Fonfon et Dédé de nous avoir accueilli et prêté les bâtiments, merci aussi à Corinne et Hervé qui nous ont aussi accueilli tout au long de ce tournage. Le décor a été fait par Florent grâce à tous les accessoires déjà sur place, en collaboration avec Thomas qui a sublimement éclairé cette pièce. La petite chaise que l’on peut voir en plein milieu de la salle n’était pas du tout prévue mais, alors que Florent cherchait de quoi faire le décor, il a trouvé cette minuscule chaise, et hop, toute l’équipe a aimé, nous l’avons donc rajoutée au décor !

secretaire

Ici l’idée était de parodier les personnes que nous pouvons parfois trouver à l’accueil de certains services (vous êtes sûrement déjà tombé sur une personne comme ça à la poste, à la banque, chez votre opérateur téléphonique, …). Combien de fois allons-nous demander des informations sans en obtenir aucune ?! Je voulais un environnement pas du tout accueillant, très sombre qui ne donne pas envie de s’éterniser et où l’on se sent forcément mal à l’aise. Mes inspirations étaient la lumière du Caravage, avec son clair-obscur et sa « unique » source de lumière qui éclaire les personnages et crée un fond noir qui cache se qu’il se passe derrière… Le tout avec une secrétaire froide qui en a marre de faire son métier, très bien interprété par Gisèle.

 

0

Retour sur l’épisode 1

Malheureusement nous n’avons pas de making off vidéo à vous montrer, c’est la raison pour laquelle, une fois par semaine vous pourrez lire un rapide compte rendu des journées de tournage pour découvrir les coulisses d’Hellcops.

img_0637 Thibault et moi souhaitions qu’Hellcops s’ouvre sur une séquence forte en action et en zombies afin de placer le spectateur dans le contexte du film et ainsi éviter des malentendus du genre « ah mince, je pensais que c’était une sorte de Plus belle la vie ».  Non, il s’agit bien d’un film avec des zombies, de la baston, de l’humour (si si, je vous assure), du n’importe quoi et des moments épiques. Pour revenir sur la séquence d’ouverture, nous l’avons tourné dans l’Herault, près du saut de Vésoles (c’est un endroit vraiment magnifique et qui est très agréable l’été car on peut se balader et se baigner !), un peu dans une gorge, nous contraignant ainsi à finir avant 19h à cause du soleil. Heureusement pour l’équipe, le lieu de tournage n’était qu’à dix minutes de marche mais ce furent quand même dix minutes longues à porter tout le lourd matériel audiovisuel ainsi que les tables et chaises pour le maquillage ! Nous avons fait appel aux BlackCatz pour faire les zombies et avons équipé les Hellcops de manière à ce que chaque arme colle au mieux avec le personnage, à savoir des membres de zombies pour AFK… Au total nous étions une bonne vingtaine sur place, sous les yeux ébahis et interrogateurs des quelques randonneurs de passage. Le calme de la scène, et surtout l’absence de musique traduit un évènement brut, il n’y a rien d’épique dans ce combat, il s’agit seulement de la routine de ces quatre compagnons…

img_0705 img_0685

La partie de jeu de tir a été filmée grâce à une goPro fixée sur un famas dans une ancienne usine que vous aurez l’occasion de revoir dans la suite d’Hellcops. Ce fut la séquence la plus rapide à tourner, quel plaisir ! Thibault et Hervé, les deux figurants ont fait un très bon travail de simulation de bot !

Les séquences webcam ont été tournées à Toulouse, tout comme la séquence restaurant. Pour la webcam de Clovis, tournage chez Thomas le matin et piscine l’après-midi, de quoi nous permettre de nous reposer un peu et souffler après une semaine complète de tournage très intense !

Pour le restaurant nous n’avions qu’une après-midi pour tout tourner, ce fut juste mais nous y sommes arrivés, avant que le restaurant ne ré-ouvre ses portes pour la soirée. Ce fut sûrement une des journées  les plus confortables, enfin dans une salle climatisée et plus sous le soleil très chaud de l’Herault !

img_0639 img_0640